May 5, 2020

Red

Poet and journalist Shelby Hall shares her thoughts about revolution in love in French and English.

Red

French Version:

Quand vous l'emmenez danser, c'est la couleur de sa robe. Celui qui virevolte dans un mouvement qui vous appelle à elle. Lorsque vous vous penchez, c'est l'ombre de ses lèvres et la sensation de son souffle contre la vôtre, chaude comme si vous étiez chezvous chez votre mère et elle hoche la tête pour vous dire que le dîner est prêt, vous appeler. Lorsque vous passez la nuit et se réveiller tôt, déposant un baiser sur son nez,c'est le son de la pure félicité qu'elle laisse échapper. Lorsque vous vous promenez dans sa cuisine, sous l'odeur du café et son cou légèrement parfumé, c'est le rire qui luié chappe, à mi-trempette. Quand vous avez votre premier combat, c'est le feu dans ses yeux et la rage crachant de ses mots. Lorsque vous sortez en colère, c'est la couleur de la lampe de poche qu'elle jette, brisant à la fois le cadre photo en verre contenant une photo de sa mère et votre cœur. Lorsque le téléphone sonne deux jours plus tard, ce sont les mensonges qui tombent de son son. Lorsque vous ne la reprenez pas, ce n'est pas la couleur des larmes de la température de votre pièce qui ne semble pas pouvoirs' arrêter. Et quand vous la voyez, un mois plus tard, dans le restaurant du coin qu'elle atou jours aimé, ce n'est plus la teinte de votre cœur, ni la couleur qui illumine vos entrailles au son de sa voix. Vous sentez maintenant une nouvelle nuance. Vous vous sentez juste bleu.

English Translation:

When you take her dancing, it’s the colour of her dress.  The one that twirls in a motion that calls you to her.  When you lean in, it’s the shade of her lips and the feel of her breath against yours, warm like you’re home at your mother’s and she is nodding open the door to tell you dinner is ready, calling you in. When you spend the night and wakeup early, dropping a kiss on her nose, it’s the sound of pure bliss she lets out.  When you waltz around her kitchen, under the scent of coffee brewing and her lightly perfumed neck, it’s the laughter that escapes her, mid-dip.  When you have your first fight, it’s the fire in her eyes and rage spewing from her words.  When you storm out in angst, it’s the colour of the flashlight she throws, shattering both the glass picture frame containing a photo of her mother, and your heart.  When the phone rings two days later, it’s the lies tumbling from her sound.  When you don’t take her back, it’s not the colour of your room temperature tears that cannot seem to stop.  And when you see her, a month later, in the corner restaurant she always loved, it’s no longer the hue of your heart, nor the colour that lights up your insides at the sound of her voice.  You now feel a new shade. You just feel blue.

My name is Shelby Hall.  I am a junior and ¾ at Marymount Manhattan College. I am a transfer student studying Journalism.  I wrote this piece in French and in English. It’s about love, which makes me think of revolution because love in itself can be a revolution. This piece is about a revolution within love, going from happy to sad. I write a lot of poetry and have been working on self-publishing a poetry book for years. I am also a journalist and run a blog, https://www.venusrisingblog.com/​.